Rechercher & Coordonnées en bref
Lycée Général et Technologique Elie Vinet - 7 avenue Pierre Mendès France 16300 Barbezieux Saint Hilaire - Téléphone : 05.45.78.17.27
Vous êtes ici :

Pour mon arrière grand-père, par Iona.

Pour mon arrière grand-père, par Iona.

 

                        Voyage d'étude sur les champs de bataille de la Grande Guerre.

Le mercredi 16 Septembre 2015, nous, Terminales L/ES et S du lycée Élie Vinet, avons eu le grand plaisir de partir en voyage scolaire en Picardie, visiter et explorer les champs de bataille de la première Guerre Mondiale pendant trois jours. Durant ce voyage, nous avons visité plusieurs mémoriaux et sites consacrés aux mémoires de cette guerre dont la Clairière de l'Armistice, les Champs de bataille de la Somme, l'Historial de Péronne, la Caverne du dragon et le Chemin des Dames. Cette expérience était très significative pour moi car mon arrière grand-père avait participé à la Grande Guerre et plus précisément dans la Somme.

Tout d'abord, je vais vous parler du Mémorial du cratère de Lochnagar, ensuite j'évoquerai le Mémorial de Thiepval. Ces éléments sont ceux qui me tiennent le plus à cœur et qui m'ont le plus marqué parmi toutes les autres visites qui étaient toutes aussi intéressantes et instructives.

 

Le Jeudi 17 Septembre nous avons exploré la Mine de la Boisselle ( Lochnagar crater). Ce cratère a un diamètre de plus de 80 mètres et fait 30 mètres de profondeur. Il résulte de l'explosion d'une mine créée par les Royal Engineer tunnelling companies. Les soldats du 9e Cheshire ont creusé une galerie souterraine allant jusqu'à la première ligne allemande et la garnirent de 27 tonnes d'explosifs. Ils ont mis feu le 1er juillet 1916 à 7h28 du matin, c'était le début de la bataille de la Somme. Les dégâts sur l'ensemble de la Somme étaient monstrueux avec au total 60 000 Britanniques morts, blessés ou portés disparus. De plus, en 10 minutes, 80% de la 101ème brigade britannique se trouvait hors du combat. Malgré le fait que l'explosion était triomphante et que la destruction des tranchées allemandes était totale, les Allemands ont pu reprendre une position stratégique et des centaines de soldats britanniques sont morts en quelques minutes. Ceci était très douloureux et marquant pour les soldats car les régiments décimés avaient été recrutés par quartier et tous se connaissaient.


A ce jour, le cratère est devenu un mémorial pour les soldats britanniques ; ce lieu est maintenant un lieu de repos pour les corps de soldats allemands, français et britanniques non retrouvés et/ou morts dans la Somme. Chaque premier Juillet, à 7 heures 28, des centaines de personnes se rassemblent autour du cratère pour commémorer les soldats morts lors de l'explosion et de l’intégralité de la bataille. Un coup de sifflet et le bruit d’un pétard marquent le début de la cérémonie, ce qui rappelle l’explosion de la mine à ce moment précis. Le site appartient à Richard Dunning, d'origine anglaise, qui consacre son temps à préserver la mine pour qu'elle reste un lieu de repos et de tranquillité. Il offre ainsi aux visiteurs la possibilité de la contempler et de réfléchir sur la Grande Guerre et ses mémoires.

Le signification historique de cet endroit rend l'atmosphère et le ressenti très froid ; nous pouvons voir les dégâts que l'homme a pu faire directement, et cela nous aide énormément à nous rendre compte des faits horribles de la guerre et de l’inhumanité des dirigeants. J'ai ressenti beaucoup de respect pour les soldats qui ont combattu et qui ont suivi leurs ordres, ça n'a pas dû être très facile ; le début de la Somme était un carnage et la plupart des morts n'étaient même pas nécessaires, ou n'ont pas beaucoup changé la situation. Mais ces hommes ont combattu et sont morts pour leurs pays et ceci peut seulement nous rendre fiers.

Plus tard dans la journée du 17 Septembre, j'ai sillonné avec un camarade de classe le mémorial de Thiepval. Ce monument commémore les armées franco-britanniques de la Première guerre mondiale ; il se situe sur le plus haut point de la commune de Thiepval sur le champ de bataille. Ce monument a été érigé en 1932 par la Commonwealth War Graves Commission et il s'agit du plus important monument britannique en France.

Le prince de Galles et le président de la République française étaient présents pour la cérémonie.

Le mémorial a été fabriqué à base de pierres blanches et de briques, sur lesquelles sont gravés les noms de 73 367 soldats britanniques disparus sur les champs de bataille de la Somme. Au-dessus des noms sont sculptées des couronnes de lauriers et les noms des lieux de la bataille de la Somme. Les tombes britanniques qui se trouvent dans la nécropole sont signalées par de simples stèles avec le nom du soldat enterré, qui est gravé sans distinction de grade militaire, de rang social ou de religion. De plus, sur le fronton est gravée l'inscription des cimetières français et anglais qui se trouvent à ses pieds, et donc aux premières lignes du front: «Aux armées française et britannique, l'empire britannique reconnaissant».


 

La visite à ce lieu était très importante pour moi. Mon arrière grand-père, Frederic John Snow, faisait partie de la Royal Marine Artillery ( L'artillerie royale de la marine). Il a combattu dans la Somme pendant toute la bataille, à l'exception de deux permissions à cause des gaz de combat, mais il y est retourné.

Mon arrière grand-père n'est pas mort dans la Somme ; il a survécu mais je voulais déposer une rose blanche en sa mémoire, car la guerre l'avait marqué éternellement et a changé sa vie pour toujours. Il avait seulement 17 ans lorsqu'il est rentré dans la marine et est parti dans la Somme.

Une rose blanche signifie la pureté et l'innocence. Mais elle est aussi le symbole de Yorkshire, le comté de naissance de mon arrière grand-père et la région d'origine de ma famille.

La première guerre mondiale avait donc énormément marqué ma famille. D'un très jeune âge, partant de mes ancêtres jusqu’à mon père, j'ai écouté et appris beaucoup de choses sur la guerre et ses histoires. Ce voyage était une occasion extraordinaire pour moi de voir et visiter les lieux de tout ce que j'avais entendu en étant jeune et, bien sûr en cours d'histoire. Ce voyage m’a permis de réaliser l'impact de la guerre sur les soldats, sur les paysages, sur les états d'esprit et l'histoire. Sans voir la réalité des lieux je pense que nous ne pouvons jamais vraiment réaliser l'horreur de la guerre et ce que l'homme est capable de faire. Tout le monde doit visiter et contempler ces lieux pour une réflexion personnelle et même pour le respect des soldats qui ont combattu pour la liberté. Ce voyage m'a aussi montré que malheureusement l'homme peut être le plus inhumain de tous les êtres au monde et que même aujourd'hui les guerres continuent et deviennent de pire en pire et que nous ne nous rendons pas compte que ce n'est pas toujours une bonne solution.

Nous ne serons jamais assez reconnaissants envers ces hommes

qui ont combattu pour notre liberté.

 

                                                       Iona, élève de Terminale L